La chevauchée d'Henri IV en Albret

Nérac était le fief de la famille d’Albret qui a donné à la Navarre de nombreux rois. Cette même famille offrit à la France plusieurs hommes de guerre et d’église ainsi qu’un roi : Henri de Navarre, couronné en 1589 sous le nom d’Henri IV. Henri de Navarre, né à Pau en 1553, fils d‚Antoine de Bourbon et de Jeanne d’Albret, passa une grande partie de sa jeunesse au château de Nérac. Il aimait les plaisirs de la chasse, de la table et on ne comptait plus ses aventures féminines qui lui valurent le surnom de “Vert Galant”.

La légende raconte que Fleurette, fille du jardinier du roi et premier amour du Prince de Navarre, se noya de désespoir dans la Baïse quand elle se vit abandonnée. Il affectionnait également son moulin fortifié de Barbaste dont il se faisait appeler “le meunier”.

Marguerite d’Angoulème, grand-mère d’Henri IV et “amie” du protestantisme (elle mourut catholique), fit de Nérac un des bastions de l’Eglise Réformée en Aquitaine. Le Béarn et une bonne partie de l’Agenais seront gagnés à la Réforme grâce à la politique résolument huguenote de Jeanne d’Albret (mère d’Henri IV). En 1572, après le massacre de la Saint Barthélemy (24 Août), Henri de Navarre fuit Paris accompagné de son épouse la reine Margot (fille de Catherine de Médicis) et s’installa à Nérac pour y vivre pendant une dizaine d’années avec sa cour. Nérac devint à cette époque une ville de tout premier ordre, tant sur le plan politique, culturel que religieux.

L’Albret est sillonné de nombreuses rivières dont la plus importante, la Baïse, coule au pied du château de Nérac. Un important programme de remise en navigation a permit, de relier la Baïse à la Garonne, au Lot et au Canal latéral à la Garonne. La Gélise, principal affluent de la Baïse, marque une frontière naturelle entre les coteaux de Boulbènes du Néracais et les sables de la forêt landaise.

Ce massif forestier est irrigué au Nord par l’Avance. Curieuse rivière, qui en raison de son faible débit, se fraie laborieusement un passage dans cette zone de faible relief. Elle devient d’ailleurs deux fois souterraine avant d’atteindre Casteljaloux.

La Carte du circuit 3